Les objets connectés ont bien leur place en officine à condition d'y associer un service?! Voici, en substance, la réponse d'Hélène Decourteix, consultante et fondatrice de La Pharmacie Digitale.

Du pèse-personne à la brosse à dents connectés, en passant par les tensiomètres, l'offre d'objets de santé connectés est vaste. Quelle valeur ajoutée?? Et comment les intégrer dans les rayons des pharmacies??

Objets connectés : adapter les usages aux besoins

L'intégration de ces objets dans le quotidien des patients correspond à des temps précis, souvent des transitions vers de nouveaux traitements ou modes de vie. Perte de poids, début de prise d'un anti-tenseur constituent des moments où le pharmacien peut apporter son soutien professionnel. La valeur ajoutée du dispositif connecté réside alors dans sa capacité à stocker et partager des données. L'objectif : suivre une évolution sur une période précise. Plutôt que la vente, ce sont de nouveaux usages à créer autour de l'accompagnement du patient. La location de ces matériels intégrée à une palette de services (fiches pratiques, entretiens individuels réguliers, conseils personnalisés) revêt alors tout son sens.

Sélectionner une offre pertinente pour vos objets connectés

La question se pose pour les dispositifs médicaux non remboursés. La fiabilité des appareils de mesure et la sécurisation des données (pas de réutilisation non consentie) sont deux critères majeurs pour qu'un dispositif médical connecté se retrouve sur un linéaire en officine. Les écosystèmes de ces appareils de mesure ne communiquent pas encore avec les logiciels métiers du pharmacien. Non intégré aux usages du pharmacien, le suivi des patients devient plus complexe. Ainsi, s'il était possible d'implémenter le poids, les temps d'activité physique dans une fiche unique d'un patient suivi pour un rééquilibrage alimentaire, le coaching en deviendrait bien plus efficient.

Le marché des objets connectés doit encore faire ses preuves

Attention également à ne pas surestimer le marché.  Cinq ans après les premières estimations, le fameux boom des «?wearables?» se fait toujours attendre. Parmi eux, les ventes de produits destinés à la santé restent encore embryonnaires avec 180?000 appareils écoulés en France en 2017 (cabinet GfK). C'est sans compter sur l'AppWatch 4 d'Apple qui vient d'obtenir un agrément FDA* pour son ECG, alors, épiphénomène ou pas, l'avenir le dira?

* FDA: Food and Drug Administration, l'Agence américaine équivalente à l'ANSM en France

Découvrir aussi...

Laissez un commentaire



Commentaire

Guests are limited to images that are no larger than 250KB, and to only jpeg, pjpeg, png file types.

Les informations recueillies sur ce formulaire revêtent un caractère obligatoire et sont enregistrées par Cosmétique Active France pour le compte de sa marque Cosmétique Active à des fins d’exécution de contrat ainsi qu’à des fins statistiques et analytiques.

Vous disposez de droits d’accès, de rectification et de suppression des données vous concernant, ainsi que du droit de vous opposer à leur traitement. Pour en savoir plus, consultez notre Politique de protection des données personnelles

X
X