Les distributeurs de produits en vrac sont partout : dans les supermarchés et les enseignes spécialisées. Qu'en est-il de la vente de cosmétiques ? Ce mode de vente est-il adapté à la pharmacie?? État des lieux avec Lucia Pereira, directrice juridique de l'association Réseau Vrac.

Qu’est-ce que la vente en vrac et pourquoi est-ce intéressant de faire ce choix ?

La vente en vrac consiste à proposer des produits non préemballés en libre-service dans les commerces fixes, ou en service assisté dans les commerces ambulants. Cela permet de réduire à la fois les emballages et le gaspillage puisque le consommateur n'achète que la quantité nécessaire. Aujourd'hui, ce marché se développe fortement dans des commerces spécialisés 100 % vrac, mais aussi dans toutes les enseignes, biologiques ou non, et, selon nos estimations, il représente 850 M? en 2018 (contre 100 M? en 2013).

La vente de produits en vrac vous semble-t-elle envisageable en pharmacie??

Oui, bien sûr?! Pour les produits distribués en parapharmacie, ce sera simple et nous travaillons déjà avec des marques nationales pour équiper des pharmacies. Mais nous pensons aussi au rayon des médicaments. Cela existe déjà au Canada et aux États-Unis, et la première pharmacie zéro déchet devrait bientôt voir le jour en France. Nous pensons que cette tendance est amenée à se renforcer, à mesure que les préoccupations environnementales se développent. Et la pharmacie devra y répondre, comme tous les autres commerces de détail pollués par le sur-emballage?!

«?La tendance au vrac est amenée à se renforcer, à mesure que les préoccupations environnementales se développent. Et la pharmacie devra y répondre?!?», Lucia Pereira, directrice juridique de l'association Réseau Vrac

Quels pré-requis s'imposent pour vendre des cosmétiques en vrac??

Les commerces qui proposent des produits cosmétiques en vrac doivent tout d'abord effectuer une déclaration de conditionneurs auprès de l'ANSM (Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des Produits de Santé). Ensuite, nous recommandons qu'un contrat soit conclu entre le fabricant et le distributeur pour encadrer le processus de la vente en vrac et les responsabilités de chacun. Enfin, un affichage en magasin et la formation du personnel sont indispensables.

Y a-t-il des contraintes spécifiques pour la vente en vrac liées aux cosmétiques liquides et aux crèmes??

Nous avons récemment fait valider la DGCCRF (Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes) la possibilité pour le consommateur de se servir dans ses propres contenants pour les produits cosmétiques liquides rinçables. Pour ces produits, les emballages utilisés doivent simplement rester affectés à une typologie similaire (shampooing ou gel douche). L'utilisation de contenants de réemploi doit également faire l'objet d'une évaluation de sécurité de la part des fabricants, qui sera intégrée dans les Dossiers d'Information produits (DIP) réalisés par des toxicologues. Pour les crèmes, les pratiques de consigne préconisées permettent un nettoyage du contenant par le fabricant et sa remise à disposition dans le circuit de distribution.

Crédit Photo : CoZie, Première marque de cosmétiques biologiques made in France en flacons réutilisables. Beauté green, clean et engagée !

Découvrir aussi...

Laissez un commentaire



Commentaire

Guests are limited to images that are no larger than 250KB, and to only jpeg, pjpeg, png file types.

Les informations recueillies sur ce formulaire revêtent un caractère obligatoire et sont enregistrées par Cosmétique Active France pour le compte de sa marque Cosmétique Active à des fins d’exécution de contrat ainsi qu’à des fins statistiques et analytiques.

Vous disposez de droits d’accès, de rectification et de suppression des données vous concernant, ainsi que du droit de vous opposer à leur traitement. Pour en savoir plus, consultez notre Politique de protection des données personnelles

X
X