Cette année encore, des professionnels ont pu bénéficier d'un foisonnement de bonnes idées pour leur officine lors de leur participation à Reload My Pharmacy. Récit.

Projet de transfert, volonté d'aller de l'avant, nécessité de modernisation, ou simple envie de changement? Les motivations des pharmaciens qui ont participé à l'édition 2019 de Reload My Pharmacy, sont, cette année encore très diverses. Tous, pourtant, partagent un socle de questions inscrites dans l'époque : comment faire face à l’explosion de nouveaux concurrents ? Comment être au plus proche des attentes des consommateurs en matière d’expérience d’achat ? Comment gérer la montée des produits bio ? Quelle place pour le numérique ?

« Regard neuf » 

Rencontrer les jeunes de l'Ensaama ou de Lisaa (Ecole supérieure des arts appliqués et des métiers d'art, et Institut supérieur des arts appliqués) est l'occasion pour les pharmaciens participants à Reload My Pharmacy de bénéficier d'« un regard neuf », explique Lydie Habib, titulaire à Chôlet (Maine-et-Loir). « C'est ce qui m'a immédiatement frappée dans le rapport que j'ai eu avec Eugénie Rondeau et Fanny Belson, les étudiantes qui travaillaient sur mon projet. Elles ont abordé les questions qu'on se pose au quotidien de manière différente, avec beaucoup d'idées. Ce décalage permet de voir soi-même les choses autrement, de se renouveler dans sa réflexion. »
Grace à la discussion, la pharmacienne a pu profiter de la force de proposition du binôme estudiantin tout en faisant les choix qui convenaient à son officine. « Il y avait des idées autour du digital, mais ce n'était pas un axe qui nous intéressait, continue madame Habib. Mais les étudiantes nous ont apporté un véritable savoir-faire en ce qui concerne le choix des matériaux, des couleurs, des réponses sur les tendances de mobiliers. »

Elles ont abordé les questions qu'on se pose au quotidien de manière différente, avec beaucoup d'idées – Lydie Habib, titulaire à Chôlet

« Base de réflexion »

Titulaire à Oloron-Sainte-Marie (Pyrénées-Atlantiques), Vincent Molestel insiste lui aussi sur la richesse de la rencontre. « Julie Bastard et Lili Doan, les étudiantes qui ont travaillé sur mon officine, ont apporté un regard nouveau. J’ai expliqué les problèmes que je rencontrais. Pas du tout dans l’intention de les brider. Je crois que tout l’intérêt de ce concours est là : un espace de créativité au service de l’officine. »
Solutions pour la confidentialité, numérisation… « Pour finir, continue Vincent Molestel, cette expérience me donne une base de réflexion solide. La rencontre avec d’autres pharmaciens durant le concours, les autres projets – avec des idées très originales, tout cela a constitué une expérience particulièrement dynamisante. »

Je crois que tout l’intérêt de ce concours est là : un espace de créativité
au service de l’officine – Vincent Molestel, titulaire à Oloron-Sainte-Marie

Découvrir aussi...

Laissez un commentaire



Commentaire

Guests are limited to images that are no larger than 250KB, and to only jpeg, pjpeg, png file types.

Les informations recueillies sur ce formulaire revêtent un caractère obligatoire et sont enregistrées par Cosmétique Active France pour le compte de sa marque Cosmétique Active à des fins d’exécution de contrat ainsi qu’à des fins statistiques et analytiques.

Vous disposez de droits d’accès, de rectification et de suppression des données vous concernant, ainsi que du droit de vous opposer à leur traitement. Pour en savoir plus, consultez notre Politique de protection des données personnelles

X
X