Ils ne sont plus que quatre binômes en lice pour le concours Reload my pharmacy. Focus sur les projets les plus innovants des étudiants de l’Ensaama, qui seront présents en finale, les 7 et 8 avril, à l’occasion de Pharmagora, Porte de Versailles à Paris.

Inventer la pharmacie de demain : tel est le challenge auquel ont répondu les étudiants de l’Ecole nationale supérieure des arts appliqués et des métiers d’arts, dans le cadre de Reload my pharmacy. ” Les projets sont pragmatiques et réalisables, analyse Margot Lepeu, Directrice retail France et membre du jury. On note l’expression du développement du bio et du naturel avec beaucoup de matériaux organiques tels que le bois. ” Mais c’est surtout l’idée de conseil qui domine : ” Les projets mettent en avant une dimension humaine forte. La relation entre le client et le pharmacien est au centre de l’officine “, note encore la responsable retail et merchandising.

Pharmacie Tran Ba : devenir une référence au sein de la ville

La proposition de Lucille Bouche et Abbie Haines autour de la pharmacie Tran Ba à Bernay (Eure) part d’un constat simple : Internet amène à ” contourner la pharmacie “. Pour la réhabiliter, elles entendent favoriser ” aussi bien le conseil que la distribution physique de produits de santé “, afin que l’officine devienne ” un point de conseil santé de référence au sein de la ville “.

Les Jacobins, l’officine du bien-être

Audrey Leblanc et Roxane Oberti ont choisi de repenser la pharmacie des Jacobins au Mans (Sarthe) comme un lieu de plaisir. Intitulée ” la pharmacie du bien-être “, le projet propose un espace attractif réfléchi selon trois scénarios d’usage clients. Divisée en deux zones, médicaments et espace bien-être, l’officine est habillée de matériaux boisés pour renforcer son identité chaleureuse et faire la part belle aux dermocosmétiques.

 

Pharmacie Maupas, délivrer un savoir

A la pharmacie Maupas, à Joué-Lès-Tours (Indre-et-Loire), Marie Cordier et Pauline Grillet assurent le développement du conseil autour d’une combinaison qui mêle, ” une redéfinition de pôles visibles – enfants, click and collect -, et un classement intuitif des marques et des besoins “, explique Marie. ” A l’heure du tout Internet, notre idée est de redonner leur place aux spécialistes, s’enthousiasment les étudiantes. Les clients doivent être en mesure de recevoir un savoir, ainsi que des conseils individualisés selon leurs problématiques – dermocosmétique, podologie, etc. ”

Le projet Cayeux, créer des univers distincts

Parce qu’il s’agit d’un vaste espace aux expériences diverses, Lucie Elissalde et Marie Peyrafort, en charge de la pharmacie de Berck (Pas-de-Calais), ont choisi de préserver cette diversité d’expériences par la création ” d’univers distincts et d’interaction autour des produits “. L’idée fondamentale est que les clients puissent ” adhérer à de nouveaux réflexes santé “, expliquent les étudiantes dans leur présentation.

De ces quatre projets, lequel l’emportera ? Réponse le 8 avril à Pharmagora.

 

Découvrir aussi...

Laissez un commentaire



Commentaire

Guests are limited to images that are no larger than 250KB, and to only jpeg, pjpeg, png file types.

Les informations recueillies sur ce formulaire revêtent un caractère obligatoire et sont enregistrées par Cosmétique Active France pour le compte de sa marque Cosmétique Active à des fins d’exécution de contrat ainsi qu’à des fins statistiques et analytiques.

Vous disposez de droits d’accès, de rectification et de suppression des données vous concernant, ainsi que du droit de vous opposer à leur traitement. Pour en savoir plus, consultez notre Politique de protection des données personnelles

X
X