« Notre rôle sera de garder l’humain au cœur de notre métier »


Téléconsultation, 2.0, vaccination… Alors que le métier change, deux étudiants en pharmacie évoquent leurs visions du métier de pharmacien.

Président de l’association des étudiants en pharmacie de Grenoble-I, Gautier Davrainville, est, à 20 ans, en deuxième année de pharmacie, tandis qu’Alexis Freixinos 22 ans, achève sa quatrième année à Tours. Tous deux envisagent de se spécialiser en filière officine. Ils détaillent leur vision de la profession dans un avenir proche.

Pourquoi choisir de travailler en officine aujourd’hui ?

Gautier Davrainville : J’ai fait beaucoup de stages en officine.
C’est d’abord un rythme dynamique qui me convient. Ensuite, il y a une proximité avec le patient. Le pharmacien est un interlocuteur privilégié.

Alexis Freixinos : Les gens vont de plus en plus voir le pharmacien avant de consulter le médecin. On a un rôle pédagogique fondamental qui à la fois rassure et permet une meilleure compréhension de la maladie, des effets indésirables des médicaments, et donc responsabilise le patient. Les médecins n’ont pas le temps pour ça.

Le premier rôle du pharmacien serait celui de conseil ?

Alexis Freixinos : Il reste un lien humain dans un pays de déserts médicaux, où les médecins n’ont pas le temps de tout expliquer.

Gautier Davrainville : Au contact, le pharmacien est en mesure d’encadrer le patient sur sa prise de médicaments et d’alerter en cas de problème.

Avec la mise en place du dossier patient, la téléconsultation et le 2.0, le rôle du pharmacien semble devoir évoluer. Comment le voyez-vous à l’avenir ?

Alexis Freixinos : Il est souhaitable que le pharmacien soit de plus en plus autonome, et c’est ce qui a l’air de se dessiner avec notamment la délivrance de médicaments sans ordonnance pour des pathologies simples, ou la vaccination. Mais il faut rester vigilant et garder le patient au cœur de l’évolution. Le 2.0, ça peut être bien, par exemple pour transmettre une ordonnance, mais ça ne doit pas dispenser d’un conseil de visu, toujours plus efficace.

Gautier Davrainville : le numérique est un outil qui peut être propice à fluidifier les échanges. Mais il faut garder l’humain au centre de l’officine. Favoriser la formation continue pour ne pas rester enfermé dans la vente de médicament, et éviter une merchandisation de la pharmacie. Nous sommes au service des patients dans leur approche du médicament et de la médecine, et tout progrès doit aller dans ce sens.

DECOUVREZ AUSSI



Laisser un commentaire

J’ai lu et j’accepte les Conditions Générales des avis en ligne

Guests are limited to images that are no larger than 250KB, and to only jpeg, pjpeg, png file types.

Les informations recueillies sur ce formulaire revêtent un caractère obligatoire et sont enregistrées par Cosmétique Active France pour le compte de sa marque Cosmétique Active à des fins d’exécution de contrat ainsi qu’à des fins statistiques et analytiques.

Vous disposez de droits d’accès, de rectification et de suppression des données vous concernant, ainsi que du droit de vous opposer à leur traitement. Pour en savoir plus, consultez notre Politique de protection des données personnelles

Un commentaire sur “« Notre rôle sera de garder l’humain au cœur de notre métier »”

X
X